Forêts sacrées, Urbanisation et Peste Noire

Séminaire de l’IMAf : Temps, terrains et écriture de l’histoire de l’Afrique

Séance du 10 mars 2015, 14h à 18h, site Malher

9 rue Malher, 75004 Paris – métro Saint Paul

Archéologie de l’Afrique, recherches récentes et questions d’histoire
Gérard Chouin, Forêts sacrées, Urbanisation et Peste Noire : retour sur un itinéraire entre Histoire et Archéologie

Autres intervenants au séminaire :
Caroline Robion-Brunner, Sidérurgie ancienne : des hommes, du fer, du pouvoir ;
Bertrand Poissonnier, Indices de changements partiels de population entre le XIIIe et le XVe s. sur les hauts-plateaux éthiopiens : le point de vue de l’archéologue

 Publication associée à l’intervention de G. Chouin :
« The history of forested West Africa before the 15th century remains poorly understood. In spite of major archaeological discoveries in the 20th century, the region has never aroused the same level of interest from the scientific community as the Sahara and Sahel have done especially in terms of the study of processes of urbanization. Yet, from Cote d’Ivoire to Nigeria, complex systems of earthworks attest to the rise of medieval networks of established urban centers and territories. The study of the chronology, expansion, organization and abandonment of these earthworks, which probably fulfilled a variety of functions, has the potential to radically change our perception of regional long-term history. The article also suggests that earthworks were abandoned on a large scale in the 14th century, possibly as a result of the global plague pandemic (Black Death).

L’histoire de la zone forestière de l’Afrique de l’Ouest avant le XVe siècle demeure mal connue. Malgré des découvertes archéologiques majeures au XXe siècle, la région n’a pas suscité le même intérêt de la part de la communauté scientifique que les régions sahariennes et sahéliennes, notamment en termes de processus d’urbanisation. Pourtant, de la Côte d’Ivoire au Nigéria, des systèmes complexes de talus et de fossés attestent la montée en puissance  de réseaux de villes et de territoires retranchés à l’époque médiévale. L’étude de la chronologie, de l’expansion, de l’agencement et de l’abandon de ces enceintes, qui remplissaient probablement différentes fonctions, a le potentiel de changer radicalement notre perception de l’histoire de la région sur la longue durée. L’article suggère qu’un abandon massif des enceintes se produisit au XIVe siècle, peut-être en lien avec la pandémie mondiale de peste noire. »