Séminaire Imaf 28 février 14

vendredi 28 février de 11h à 13h

 salle 8
105 bd Raspail, Paris

Séminaire : Supports et circulations des savoirs et des arts en Afrique et au-delà

Pierre Guicheney a présenté son film : Osun Osogbo, la forêt et l’art sacrés des Yoruba.

RésuméOsogbo, Sud-Ouest du Nigeria : Susanne Wenger, artiste autrichienne et grande initiée de la religion Yoruba, a mené pendant plus de cinquante ans un combat exemplaire pour la défense de la forêt sacrée d’Osun Osogbo et de la culture de l’ethnie qui l’a adoptée. L’artiste combattante s’est éteinte le 12 janvier 2009. Elle avait 93 ans.

Susanne Wenger avait été épaulée dans sa lutte par les artistes Yoruba du « Nouvel Art Sacré », mouvement qu’elle a fondé au début des années 1960. Pour protéger la forêt et la rivière déesse Osun qui la traverse, elle a recréé avec ses compagnons temples et sculptures qui peuplaient le sanctuaire végétal. C’est ainsi qu’a vu le jour un style totalement nouveau, tout à la fois contemporain et profondément enraciné dans la vision Yoruba du monde et de la nature.
La forêt d’Osun Osogbo a été inscrite en 2005 au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’Unesco.

Ce film qui fait suite au long-métrage La dame d’Osogbo (2007), marque une étape importante du travail mené pendant plus de dix ans au Nigeria par Pierre Guicheney (image et réalisation) et Malika Lasfar (prise de son) en toute complicité avec Adedoyin Faniyi, prêtresse d’Osun et fille adoptive de Susanne Wenger. Y ont participé Susanne Wenger et les artistes du Nouvel Art Sacré, Lazare Eloundou, du Centre du Patrimoine Mondial de l’Unesco, Hélène Joubert, conservatrice au Musée du Quai Branly, Wole Soyinka, prix Nobel de littérature, Wolfgang Denk, directeur de la Susanne Wenger Stiftung (Autriche).


organisé par Claire Bosc-Tiessé et Éric Jolly, chargés de recherche au CNRS, Jean-Paul Colleyn, directeur d’études à l’EHESS, Anne Doquet, chargée de recherche à l’IRD, Elena Vezzadini, postdoctorante à l’Université de Bergen

Osogbo, Nigeria : The white priestess of ‘black magic’

Half a lifetime ago, Susanne Wenger dedicated herself to reviving the traditions of the pre-Christian Yoruba gods, « the orishas », and left Austria to make Nigeria her home.

The frail 94-year-old artist, with one seeing eye, has been a driving force in Osogbo town, where she is in charge of the sacred grove, a place where spirits of the river and trees are said to live.

Lire l’article :

BBC NEWS | Africa | The white priestess of ‘black magic’.

Nigeria : de la publicité dans le bois sacré

Une marque de bière et une   compagnie de téléphonie mobile devenues les principaux sponsors du festival d’Osun-Osogbo, dans le sud ouest du Nigeria, au cœur du Yorubaland

Dédié à Osun, qui est dans la cosmogonie Yoruba la déesse de la fertilité, des eaux et de la vie, ce pèlerinage réunit chaque fin août des milliers de personnes, dont de plus en plus d’Occidentaux, sur les bords de la rivière du même nom, au cœur de l’une des dernières zones de forêt primaire subsistant au sud du pays : 75 hectares de bois sacré abritant sanctuaires, sculptures et œuvres d’art magiques dédiées à Osun, mais aussi riches en plantes médicinales et rituelles.

Pour lire l’article, publié dansle Monde diplomatique du 14/09/2008 :

Nigeria : de la publicité dans le bois sacré – Les blogs du Diplo.

Des forêts sacrées intégrées aux Aires protégées au Bénin

Rapport Définitif

Élaboration de mécanisme et d’outils pour l’évaluation économique des aires protégées dans le cadre de la mise en oeuvre du PoWPA |

Centre d’échange d’informations du Bénin

Résumé

La présente étude commanditée par le CENAGREF dans le cadre du Programme de Travail de la CDB sur les Aires Protégées (PoWPA), a pour objectif d’élaborer un mécanisme d’évaluation économique des aires protégées au Benin. Elle s’inscrit dans la perspective de disposer d’éléments au-delà de la seule contribution écologique des ces écosystèmes naturels, afin de persuader les décideurs et les bailleurs de fonds sur la nécessité d’investir davantage dans la création et le maintien des aires protégées.
La démarche méthodologique mise en oeuvre par les consultants intègre globalement quatre grandes étapes déclinées comme suit : l’atelier de cadrage méthodologique – la phase de conception du mécanisme et des outils associés – le test du mécanisme et des outils sur la base d’études de cas de la forêt classée de la Lama (Zogbodomey) et de la réserve du Sitatunga (Zinvié) – puis l’atelier de validation du rapport et du mécanisme proposé. Le mécanisme d’évaluation économique des aires protégées qui est le principal output attendu de l’étude repose sur une catégorisation des biens et services environnementaux en quatre grands groupes : les usages directs, les usages indirects, les valeurs d’option et enfin les valeurs de non usage. La démarche intègre dans sa phase initiale, une monographie de l’aire protégée qui permet de recenser tous les biens et services qui lui sont rattachés. Pour chaque groupe de biens et services, une démarche particulière et des outils spécifiques sont proposés pour la détermination de leurs valeurs économiques. Le processus s’achève avec la détermination de la Valeur Economique totale (VET) de l’aire protégée qui correspond à la somme des valeurs de tous les biens et services recensés. Toutefois, l’instrument ainsi conçu pour l’évaluation économique des aires protégées n’est pas exempte de limites. On peut prioritairement distinguer :
– la non prise en compte systématique des externalités négatives ou positives liées aux
biens et services évalués ;
– l’absence de directives claires et fixes en ce qui concerne l’échantillonnage des unités
d’enquête, afin de préserver la souplesse du travail de terrain ;
– l’hétérogénéité des valeurs entrant dans la détermination de la VET, du fait du
caractère abstrait des valeurs associées à certains biens et services.
En conclusion, le travail ainsi réalisé est un premier saut qualitatif dans une nouvelle
dynamique d’analyse économique des aires protégées. L’outil d’analyse proposé doit rester
dynamique et évolutif dans son utilisation.

Le pdf du rapport est téléchargeable sur le site :

Elaboration de mécanisme et d’outils pour l’évaluation économique des aires protégées dans le cadre de la mise en oeuvre du PoWPA | Centre d’échange d’informations du Bénin.

Conservation des forêts sacrées, les autorités et communautés locales s’impliquent | UNDP

01 sept. 2012

Une visite de terrain du PNUD effectuée dans une dizaine de communes bénéficiaires du Projet d’intégration des forêts sacrées dans le système des aires  protégées du Bénin (PIFSAP)  a permis de constater une réelle prise de conscience des autorités  locales des enjeux des forêts et leur  préservation pour le maintien de l’équilibre écologique et le développement socio-économique de leurs localités.

Les échanges eus avec les autorités des communes d’Adjarra, d’Avrankou, d’Ifangni, d’Adja Ouèrè , ont permis non seulement de cerner les  difficultés  observées  dans  la  mise  en œuvre  du  Projet  et mais aussi de recueillir leurs points de vue pour l’atteinte des résultats . Il ressort entre autres la nécessité de multiplier les activités de sensibilisation à l’endroit des populations à la base, la prise en compte du genre dans les activités de conservation des forêts.

lire la suite sur la page Conservation des forêts sacrées, les autorités et communautés locales s’impliquent | UNDP.