Chevalier des Marchais, 1724

Marchais Chevalier des (1724),  Journal du voiage de Guinée et Cayenne fait en 1724, 1725 et 1726. Manuscrit Français, Biblioyhèque nationale de France, Paris. (publié par Labat j.b, 1730)

p. 40 : « Xavier est la ville capitale et la résidence des roys…tout le reste du terrain plat est cultivé par sillons très proprement et la terre y est très fertile.

Depuis le bord de la mer jusque la rivière nomé Euphrate il y a très peu de bois et je croy mesme que c’est la raison pourquoy il n’est pas permis d’en couper et qu’ils regardent chaque arbre comme une divinité. Le peu qu’il y en a sont extremement hauts et ne rapportent aucun fruits mais leur verdeure continuelle fait plaisir à voir. »

Anonyme, circa 1708

ANOM Aix-en-Provence, Dépôt des Fortifications des Colonies (DFC)

DFC 75, pièce 104 : Relation du royaume de Juda en Guinée…. Auteur anonyme, mémoire non daté (date citée dans le texte : 1708). 90 p.

p. 54 : « Leurs temples sont des bouquets d’arbres forts hauts qui forment un bosquet. Tout le pays en est remply et dans chaque village il y en a pour le moins un. Dans ce bosquet est une petite maison en tourette… Tous les ans pour le moins une fois il se fait une assemblée de tout le pays à chaque principal bouquet d’arbres qu’ils nomment fétiche. »

Bosman, 1705

BOSMAN  Guillaume (1705), Voyage de Guinée. Utrecht; XVI, 520 p

p. 155. »Il n’y a point de village qui n’ait un petit bois sacré où les principaux vont faire leurs sacrifices soit pour le commun soit pour eux en particulier. Ils tiennent ces bois pour sacré et il y a des défenses très expresses de les polluer ou de les endommager en coupant quelques branches d’arbres. Outre la peine attachée à cette défense, ceux qui la violent attirent sur eux une malédiction universelle. »