Forêt sacrée d’Osun-Oshogbo – UNESCO World Heritage Centre

Première forêt sacrée classée sur la liste du patrimoine mondial

A lire sur le site de l’Unesco: Forêt sacrée d’Osun-Oshogbo – UNESCO World Heritage Centre.

La dense forêt sacrée d’Osun, à la périphérie de la ville d’Oshogbo, est l’une des dernières zones de la forêt primaire qui subsiste au sud du Nigéria. Elle est considérée comme la demeure d’Osun, une des divinités du panthéon yoruba. La forêt, sillonnée par la rivière Osun, abrite des sanctuaires, des sculptures et des œuvres d’art érigés en l’honneur d’Osun et d’autres divinités yorubas. La forêt, désormais considérée par tout le peuple yoruba comme un symbole identitaire, est probablement la dernière forêt sacrée de la culture yoruba. Elle témoigne de la coutume, jadis très répandue, qui consistait à établir des lieux sacrés loin de toute habitation humaine…

Présentation d’un documentaire de P. Guicheney sur ce site

 

African Sacred Groves Edited by Michael J. Sheridan and Celia Nyamweru

African sacred groves are often described as the remains of primeval forests, ethnographic curiosities, and cultural relics from a static pre-colonial past. Their continuing importance in African societies, however, shows that this ‘relic theory’ is inadequate for understanding current social and ecological dynamics.
This interdisciplinary book, by an international group of scholars and conservation practitioners, provides a new understanding of these forests, examining their ecological characteristics and delineating how sacred groves relate to social dynamics and historical contexts.

African Sacred Groves (Edited by Michael J. SheridanCelia Nyamweru) 9781847014009 – Boydell & Brewer.

Thèse sur les sanctuaires boisés de Bondoukuy

M. Lassina SANOU a soutenu publiquement le mardi 18 juin 2013 au MNHN, Jardin des Plantes, 45 rue Buffon, 75005 Paris ses travaux de thèse intitulés :

« Les sanctuaires boisés des savanes de Bondoukuy (pays bwa, Burkina Faso). Biodiversité végétale, capacité de régénération, perceptions et modes de gestion »

Résumé :

Face à l’érosion de la biodiversité et à l’extinction des espèces végétales, les sanctuaires boisés sont souvent présentés dans la littérature comme des hauts lieux de conservation et des reliques de végétation vierge. Mais les croyances associées comportent-elles réellement des idées particulières de prudence, de respect ou de conservation de la nature ?

 

Pour vérifier cette affirmation et répondre à cette question, les sanctuaires boisés du département de Bondoukuy (1100 km²) dans les savanes de l’ouest du Burkina Faso ont fait l’objet d’un recensement aussi exhaustif que possible. Ils ont été identifiés et leurs responsables rituels ont été questionnés sur leur rôle. Leur distribution spatiale a été relevée et intégrée à un SIG. Pour les investigations botaniques et écologiques, l’échantillonnage s’est fondé sur trois grandes unités physiographiques et sur des relevés sur 1600 m², considérés comme la superficie minimale pour les relevés phytosociologiques, les bosquets de surface inférieure ayant été entièrement inventoriés. Les sanctuaires ont été comparés avec leurs environs immédiats (quelle que soit leur physionomie), ainsi qu’à des sites témoins choisis au hasard dans les mêmes unités physiographiques que les sanctuaires. La recherche des groupements floristiques a été faite par classification hiérarchique (méthode de Ward), Leurs espèces diagnostiques et différentielles ont été identifiées à l’aide de l’indice INDVAL. La diversité alpha et gamma des peuplements ligneux ainsi que la régénération de chaque groupement ont été étudiées.

Un total de 219 sanctuaires, dont 191 avec un couvert ligneux (162 bosquets et 29 sites avec seulement des arbres isolés), a été répertorié. La majorité des bois sacrés (80 % des cas) est située dans les villages et ou dans un rayon 500 m autour d’eux et leur surface est inférieure à 1 ha. Ces sanctuaires affirment l’identité des Bwaba, ils permettent la cohésion sociale autour de divers cultes, de bonnes récoltes, la procréation, la pluie en cas de sécheresse, la santé, la protection générale des villages, la réussite, la lutte contre l’adultère etc. De plus, certains ont autrefois servi à se protéger pour résister aux agresseurs car les Bwaba ont un passé guerrier.

 

Neuf groupements floristiques de sanctuaires, et 7 groupements de sites témoins ont été isolés. Un ensemble de 4 groupements sur glacis se caractérise par Guiera senegalensis et Azadirachta indica, un autre de 2 groupements de bas de pente est caractérisés et dominé par Anogeissus leiocarpa et Diospyros mespiliformis, il s’apparente clairement aux forêts sèches soudaniennes. Certains sanctuaires sont envahis par l’espèce exotique Azadirachta indica qui définit à elle seule deux groupements. Un seul des groupements, caractérisé par Detarium microcarpum et Burkea africana, a une affinité savanicole, les autres ont une physionomie plutôt forestière. Les sanctuaires sont floristiquement liés à leurs environs immédiats mais ils maintiennent mieux leur flore ligneuse que ceux-ci car ils bénéficient d’une protection contre le feu et les coupes. Les sanctuaires situés dans les milieux les plus humides renferment quelques espèces « en danger » et « quasi-menacées » selon l’UICN (1,1% et 2,1%). Ces sanctuaires des milieux les plus humides apparaissent cependant floristiquement proches des sites témoins forestiers les plus anthropisés. La diversité a des sanctuaires est plus faible que celle des témoins savanicoles, mais leur richesse d’ensemble ou diversité g est du même ordre, voire plus élevée pour les sanctuaires forestiers. L’invasion par Azadirachta indica a un effet très négatif sur la richesse spécifique. La richesse a est d’autant plus élevée que la superficie du sanctuaire est grande. En ce qui concerne la régénération, dix-sept espèces ligneuses contribuent de façon significative au maintien des peuplements des sanctuaires. Cependant, leur génération est très faible dans les sanctuaires envahis par Azadirachta indica.

 

Nous montrons que ces sanctuaires sont en majorité très proches des villages, de petite taille, localisés dans des milieux fortement anthropisés et fragmentés et que certains d’entre eux sont envahis par A. indica ; ce qui n’est pas en accord avec l’idée reçue d’un effet de conservation important en termes de richesse spécifique. Cependant, comme dans le contexte actuel de dégradation des milieux les forêts galeries sont en train de disparaitre dans la zone d’étude, les sanctuaires boisés conservent un potentiel de semences qui pourrait servir dans les actions de reforestation au Burkina Faso.

 

Mots clés : forêt sèche ; savane soudanienne, bois sacrés, sites sacrés, Afrique de l’ouest, Burkina Faso.

Le jury était composé de (par ordre alphabétique) :

Michel Arbonnier, Chercheur CIRAD

Guillaume Decocq, Professeur Université de Picardie

Anne Fournier, Chercheur IRD UMR 208

Jeanne Millogo, Professeur Université de Ouagadougou (Burkina Faso)

Bernard Roussel, Professeur MNHN