Des forêts sacrées intégrées aux Aires protégées au Bénin

Rapport Définitif

Élaboration de mécanisme et d’outils pour l’évaluation économique des aires protégées dans le cadre de la mise en oeuvre du PoWPA |

Centre d’échange d’informations du Bénin

Résumé

La présente étude commanditée par le CENAGREF dans le cadre du Programme de Travail de la CDB sur les Aires Protégées (PoWPA), a pour objectif d’élaborer un mécanisme d’évaluation économique des aires protégées au Benin. Elle s’inscrit dans la perspective de disposer d’éléments au-delà de la seule contribution écologique des ces écosystèmes naturels, afin de persuader les décideurs et les bailleurs de fonds sur la nécessité d’investir davantage dans la création et le maintien des aires protégées.
La démarche méthodologique mise en oeuvre par les consultants intègre globalement quatre grandes étapes déclinées comme suit : l’atelier de cadrage méthodologique – la phase de conception du mécanisme et des outils associés – le test du mécanisme et des outils sur la base d’études de cas de la forêt classée de la Lama (Zogbodomey) et de la réserve du Sitatunga (Zinvié) – puis l’atelier de validation du rapport et du mécanisme proposé. Le mécanisme d’évaluation économique des aires protégées qui est le principal output attendu de l’étude repose sur une catégorisation des biens et services environnementaux en quatre grands groupes : les usages directs, les usages indirects, les valeurs d’option et enfin les valeurs de non usage. La démarche intègre dans sa phase initiale, une monographie de l’aire protégée qui permet de recenser tous les biens et services qui lui sont rattachés. Pour chaque groupe de biens et services, une démarche particulière et des outils spécifiques sont proposés pour la détermination de leurs valeurs économiques. Le processus s’achève avec la détermination de la Valeur Economique totale (VET) de l’aire protégée qui correspond à la somme des valeurs de tous les biens et services recensés. Toutefois, l’instrument ainsi conçu pour l’évaluation économique des aires protégées n’est pas exempte de limites. On peut prioritairement distinguer :
– la non prise en compte systématique des externalités négatives ou positives liées aux
biens et services évalués ;
– l’absence de directives claires et fixes en ce qui concerne l’échantillonnage des unités
d’enquête, afin de préserver la souplesse du travail de terrain ;
– l’hétérogénéité des valeurs entrant dans la détermination de la VET, du fait du
caractère abstrait des valeurs associées à certains biens et services.
En conclusion, le travail ainsi réalisé est un premier saut qualitatif dans une nouvelle
dynamique d’analyse économique des aires protégées. L’outil d’analyse proposé doit rester
dynamique et évolutif dans son utilisation.

Le pdf du rapport est téléchargeable sur le site :

Elaboration de mécanisme et d’outils pour l’évaluation économique des aires protégées dans le cadre de la mise en oeuvre du PoWPA | Centre d’échange d’informations du Bénin.

Chevalier des Marchais, 1724

Marchais Chevalier des (1724),  Journal du voiage de Guinée et Cayenne fait en 1724, 1725 et 1726. Manuscrit Français, Biblioyhèque nationale de France, Paris. (publié par Labat j.b, 1730)

p. 40 : « Xavier est la ville capitale et la résidence des roys…tout le reste du terrain plat est cultivé par sillons très proprement et la terre y est très fertile.

Depuis le bord de la mer jusque la rivière nomé Euphrate il y a très peu de bois et je croy mesme que c’est la raison pourquoy il n’est pas permis d’en couper et qu’ils regardent chaque arbre comme une divinité. Le peu qu’il y en a sont extremement hauts et ne rapportent aucun fruits mais leur verdeure continuelle fait plaisir à voir. »

Anonyme, circa 1708

ANOM Aix-en-Provence, Dépôt des Fortifications des Colonies (DFC)

DFC 75, pièce 104 : Relation du royaume de Juda en Guinée…. Auteur anonyme, mémoire non daté (date citée dans le texte : 1708). 90 p.

p. 54 : « Leurs temples sont des bouquets d’arbres forts hauts qui forment un bosquet. Tout le pays en est remply et dans chaque village il y en a pour le moins un. Dans ce bosquet est une petite maison en tourette… Tous les ans pour le moins une fois il se fait une assemblée de tout le pays à chaque principal bouquet d’arbres qu’ils nomment fétiche. »

Bosman, 1705

BOSMAN  Guillaume (1705), Voyage de Guinée. Utrecht; XVI, 520 p

p. 155. »Il n’y a point de village qui n’ait un petit bois sacré où les principaux vont faire leurs sacrifices soit pour le commun soit pour eux en particulier. Ils tiennent ces bois pour sacré et il y a des défenses très expresses de les polluer ou de les endommager en coupant quelques branches d’arbres. Outre la peine attachée à cette défense, ceux qui la violent attirent sur eux une malédiction universelle. »