Suds en ligne : Les Kayas, forêts sacrées du Kenya (1)

Dossier thématique de l’IRD : Des forêts et des hommes. La valorisation patrimoniale des forêts (2011)

Les Kayas, forêts sacrées du Kenya par M.-P. Ballarin

Les forêts kayas sont une des caractéristiques majeures de la zone côtière du Kenya. Occupées au cours du XVIe siècle par les Mijikenda, groupe venu de la frontière de la Somalie actuelle qui a essaimé le long de la côte, elles sont aujourd’hui considérées comme « sacrés ». Leur organisation actuelle s’apparente beaucoup à celle des sanctuaires boisés décrits pour l’Afrique de l’ouest, en l’occurrence ce sont des formations végétales en lesquels se déroulent des activités cultuelles et qui sont souvent les lieux où se joue l’identité du groupe.

Cérémonie Unesco Kaya Fungo

Source: Suds en ligne : Les Kayas, forêts sacrées du Kenya (1)

BURKINA FASO: Le bois sacré de Ouagadougou enfin réhabilité

BURKINA FASO

Le bois sacré de Ouagadougou enfin réhabilité

Brahima Ouédraogo et Michée Boko

OUAGADOUGOU, 30 août (IPS) – Le bois sacré de Ouagadougou, appelé ‘’poumon vert’’ de Ouaga, longtemps abandonné, pillé de ses ressources naturelles, devenu le repère des bandits, est enfin réhabilité.

Il est aujourd’hui un rempart efficace contre l’avancée du désert dans une grande ville du Sahel. Sa réhabilitation, commencée depuis 1997, arrive presque à son terme en 2007, soit dix années plus tard.

via BURKINA FASO: Le bois sacré de Ouagadougou enfin réhabilité.

Animaux sacrés: sites insolites à visiter en Afrique de l’Ouest

Cécile Benoist

Le symbolisme animal constitue un élément essentiel de la culture africaine. Des lieux sont imprégnés des rapports privilégiés entre un peuple et une espèce. Sites sacrés d’exception, certains sont ouverts aux touristes.

Symbolisme animal en Afrique

Présents dans les contes, les légendes et dans la littérature africaine, les animaux jouent un rôle majeur dans l’imaginaire du continent. Ils revêtent une fonction symbolique, endossent un rôle mystique bénéfique ou maléfique, servent de faire-valoir aux hommes ou sont chargés d’une dimension sacrée.

Lire la suite : Animaux sacrés: sites insolites à visiter en Afrique de l’Ouest

Osogbo, Nigeria : The white priestess of ‘black magic’

Half a lifetime ago, Susanne Wenger dedicated herself to reviving the traditions of the pre-Christian Yoruba gods, « the orishas », and left Austria to make Nigeria her home.

The frail 94-year-old artist, with one seeing eye, has been a driving force in Osogbo town, where she is in charge of the sacred grove, a place where spirits of the river and trees are said to live.

Lire l’article :

BBC NEWS | Africa | The white priestess of ‘black magic’.

Nigeria : de la publicité dans le bois sacré

Une marque de bière et une   compagnie de téléphonie mobile devenues les principaux sponsors du festival d’Osun-Osogbo, dans le sud ouest du Nigeria, au cœur du Yorubaland

Dédié à Osun, qui est dans la cosmogonie Yoruba la déesse de la fertilité, des eaux et de la vie, ce pèlerinage réunit chaque fin août des milliers de personnes, dont de plus en plus d’Occidentaux, sur les bords de la rivière du même nom, au cœur de l’une des dernières zones de forêt primaire subsistant au sud du pays : 75 hectares de bois sacré abritant sanctuaires, sculptures et œuvres d’art magiques dédiées à Osun, mais aussi riches en plantes médicinales et rituelles.

Pour lire l’article, publié dansle Monde diplomatique du 14/09/2008 :

Nigeria : de la publicité dans le bois sacré – Les blogs du Diplo.

Conservation des forêts sacrées, les autorités et communautés locales s’impliquent | UNDP

01 sept. 2012

Une visite de terrain du PNUD effectuée dans une dizaine de communes bénéficiaires du Projet d’intégration des forêts sacrées dans le système des aires  protégées du Bénin (PIFSAP)  a permis de constater une réelle prise de conscience des autorités  locales des enjeux des forêts et leur  préservation pour le maintien de l’équilibre écologique et le développement socio-économique de leurs localités.

Les échanges eus avec les autorités des communes d’Adjarra, d’Avrankou, d’Ifangni, d’Adja Ouèrè , ont permis non seulement de cerner les  difficultés  observées  dans  la  mise  en œuvre  du  Projet  et mais aussi de recueillir leurs points de vue pour l’atteinte des résultats . Il ressort entre autres la nécessité de multiplier les activités de sensibilisation à l’endroit des populations à la base, la prise en compte du genre dans les activités de conservation des forêts.

lire la suite sur la page Conservation des forêts sacrées, les autorités et communautés locales s’impliquent | UNDP.

Sacred Natural Sites Initiative

Bas Verschuuren et  Robert Wild  sont les Coordinateurs du Projet « Sacred Natural Sites Initiative » qui met en relation des  scientifiques, des conservateurs, des gardiens de sites et des communautés locales afin d’assurer protection, conservation et revalorisation de sites sacrés naturels et de paysages.

suivre ce lien pour plus d’informations sur leur programme

Une lettre d’informations « Sacred Sites Research Newsletter » éditée par Fabrizio Frascaroli (University of Zurich) et Emma Shepheard-Walwyn (University of Kent)  est hébergée sur le site internet  « Sacred Natural Site »s initié par Bas Verschuuren et  Robert Wild.

Pour s’inscrire, contacter ssirenewsletter@gmail.com

 

 

Osun Osogbo, la forêt et l’art sacrés des Yoruba

 

 

Un documentaire de Pierre Guicheney
2008 – 52 minutes – HDVPrésentation sur son  site, rubriques Filmshttp://pierre-guicheney.com

Osogbo, Sud-Ouest du Nigeria : Susanne Wenger, artiste autrichienne et grande initiée de la religion Yoruba, a mené pendant plus de cinquante ans un combat exemplaire pour la défense de la forêt sacrée d’Osun Osogbo et de la culture de l’ethnie qui l’a adoptée. L’artiste combattante s’est éteinte le 12 janvier 2009. Elle avait 93 ans.

Susanne Wenger avait été épaulée dans sa lutte par les artistes Yoruba du « Nouvel Art Sacré », mouvement qu’elle a fondé au début des années 1960. Pour protéger la forêt et la rivière déesse Osun qui la traverse, elle a recréé avec ses compagnons temples et sculptures qui peuplaient le sanctuaire végétal. C’est ainsi qu’a vu le jour un style totalement nouveau, tout à la fois contemporain et profondément enraciné dans la vision Yoruba du monde et de la nature. La forêt d’Osun Osogbo a été inscrite en 2005 au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’Unesco.

Ce film qui fait suite au long-métrage La dame d’Osogbo (2007), marque une étape importante du travail mené depuis plus de dix ans au Nigeria par Pierre Guicheney et Malika Lasfar en toute complicité avec Adedoyin Faniyi, prêtresse d’Osun et fille adoptive de Susanne Wenger. Y ont participé Susanne Wenger et les artistes du Nouvel Art Sacré, Lazare Eloundou, du Centre du Patrimoine Mondial de l’Unesco, Hélène Joubert, conservatrice au Musée du Quai Branly, Wole Soyinka, prix Nobel de littérature, Wolfgang Denk, directeur de la Susanne Wenger Stiftung (Autriche).

http://pierre-guicheney.com.

Sénégal : 16 villages renouent avec l’initiation au bois sacré

Source : 

Afrik.com : l’actualité de l’Afrique noire et du Maghreb – Le quotidien panafricain

mis en ligne le mardi 22 juin 2010 – 12:45 sur http://www.afrik.com/breve21722.html

Seize villages de Casamance, dans le sud du Sénégal, ont renoué ce week-end avec les rites d’initiation dans le « bois sacré », pour préparer les hommes de l’ethnie diola à devenir des personnes responsables et soudés, rapporte Au fait Maroc. Le village de Kaodioul (150 habitants) a été le premier à ouvrir son « bois sacré », samedi, dans le département de Bignona, au nord de Ziguinchor. Le « bukut » ou initiation, en diola, n’y avait pas été organisé depuis 1968. « Il a fallu que la jeune génération menace d’aller se faire initier ailleurs pour que les sages décident de réactiver le bois sacré ! », explique un habitant. Dans la culture diola, « un adulte non initié n’a pas le droit de participer aux concertations quand des décisions importantes doivent être prises concernant son village ou sa communauté », a expliqué un des responsables de l’organisation, Bernard Badji, 63 ans. Dans le secret de la forêt, « on apprend au jeune à parler sans parler, avec un bâton… Comment il doit respecter ses parents ou se comporter avec le bien d’autrui », énumère un octogénaire.

 

Voir une vidéo sur l’entrée des initiés dans le bois sacré mise en ligne le 31 oct. 2011 : Reportage: L’entrée au bois sacré Part 3