Ethno-ecology, eco-cultural spaces and ethno-landscapes in Ethiopia

De 2010-2015, trois projets de recherches internationaux ont porté sur les forêts sacrées en Ethiopie !

Le 19ème congrès des Etudes Ethiopiennes en 2015, a permis la tenue d’un panel « Ethno-ecology, eco-cultural spaces and ethno-landscapes in Ethiopia » organisé par Jon Abbink; Izabela Orlowska; Dirk Bustorf.

ACCEPTED PAPERS

Prof. ABBINK Jon Space, place and conflict: cultural and political ecology approaches to changing ‘resource use’ in Southwest Ethiopia
Dr. BUFFAVAND Lucie The bush and its wildlife in the cosmology of an agro-pastoral people of the Lower Omo Valley
Dr. BUSTORF Dirk Integrating “sacred” eco-cultural spaces into environmental protection schemes, comparing cases in Kafa, Gurage/Silte and Amhara
Mr CHUNG Jin-ho Political Ecology of Community-Based Adaptation to Climate Change in the Ethiopian highlands
Mr GETACHEW SENISHAW Indigenous Ecological Knowledge System and Local Ecology Management in Midland Gedeo
Dr. & Prof. KANEKO Morie & Masayoshi SHIGETA Formation and sharing of local knowledge on the production and consumption of fermented ensete (Ensete ventricosum, Musaceae) starch among the Aari people of Southwestern Ethiopia
Mr KANSITE GELLEBO KORRA The Moora of the Konso People in Southern Ethiopia: Functions and Changes
Dr. ORŁOWSKA Izabela Ethiopian church forests: hubs of social and religious life and pockets of remaining biodiversity
Dr. YOHANNES GEBREMICHAEL Family farming for agro-ecology and food security: the case of the Konso community in Southern Ethiopia

Source : ICES 19 :: 7.01 Jon Abbink; Izabela Orlowska; Dirk Bustorf – Ethno-ecology, eco-cultural spaces and ethno-landscapes in Ethiopia

L’article d’Izabela ORŁOWSKA  sur les forêts d’églises orthodoxes éthiopiennes est paru en 2016 dans Human Ecology :

http://www.academia.edu/32731554/Ethiopian_Church_Forests_A_Hybrid_Model_of_Protection

Atelier sur le sacré à Timor-Leste et en Afrique

Le sacré à Timor-Leste : territoires, diversité biologique et régimes d’appropriation  – approches méthodologiques
Paris MNHN, 43 rue Buffon, bâtiment 135, salle du Crapaud accoucheur (salle Chevalier)

15 mai 2017 : 14 h 30 – 17 h 30

Dominique Juhé-Beaulaton (Eco-anthropologie): Introduction : Sites sacrés, bois secrets, lieux de mémoire : une terminologie toujours discutée

Roselie Vouma (doctorante Univ. Bordeaux) : L’histoire de l’environnement à l’épreuve des sources orales des Ambaama du bassin de la Lébayi (Gabon) : méthodes de collecte et enseignements des sites sacrés.
Quentin Nicolaï (doctorant ULB) : Des cours-jardins aux forêts sacrées: apports du dessin d’architecture dans la qualification des formes du paysage dans le Sud-Bénin.

Stephan Dugast (PALOC) –  les sites sacrés au nord Togo

Brunna Crespi (doctorante PALOC) : Trajectoires du sacré à Kamanasa (Timor-Leste)

Dominique Guillaud (PALOC): discutante

Contexte de l’atelier :

Le projet d’ATM prend appui sur une catégorisation primordiale en Asie du sud-est : le jeu d’oppositions et de complémentarités entre le sacré et le profane, et, dans ce registre, il porte sur les régimes d’appropriation, notamment sur le rôle des commons, comme dispositifs de médiation entre sociétés et environnements. Il a pour objectif d’interroger les formes d’émergence, adaptation, appropriation et gestion d’éléments du paysage et de la biodiversité (espaces terrestres et littoraux, faune, flore et flore cultivée, groupes d’espèces ou d’individus et savoirs associés) relevant du domaine du sacré. Comment s’articulent les modalités du privé et du collectif dans l’organisation et la gestion de ces patrimoines, quels en sont les gradients, et quelles résiliences ou vulnérabilités ces formes de gestion engendrent-elles ? Comment la notion de sacré est-elle mobilisée et intervient-elle dans cette construction ? L’atelier vise, à partir d’une série de présentations relevant de plusieurs contextes géographiques et culturels, à mettre en regard et à discuter des approches méthodologiques proposées.

 

Colloque African Heritage Challenges 15 et 16 mai

 « African Heritage Challenges: Development and Sustainability »

une session du colloque est intitulée :

BEYOND THE ‘NATURE’/’CULTURE’ DIVIDE

  • Susan Keitumetse (University of Botswana): Needle in a Haystack? Community Cultural Heritage in Wilderness and Wildlife Tourism Environments of Southern Africa
  • James Fraser (Lancaster University): Sacred Agroforests Provide Cultural, Economic and Conservation Benefits in the Upper Guinea Forest, West Africa

Organisé par le CENTRE FOR RESEARCH IN THE ARTS, SOCIAL SCIENCES AND HUMANITIES (CRASSH)

Alison Richard Building, 7 West Road, Cambridge CB3 9DT – SG1&2

Programme : http://www.crassh.cam.ac.uk/events/25667

 

 

 

Forêts sacrées, Urbanisation et Peste Noire

Séminaire de l’IMAf : Temps, terrains et écriture de l’histoire de l’Afrique

Séance du 10 mars 2015, 14h à 18h, site Malher

9 rue Malher, 75004 Paris – métro Saint Paul

Archéologie de l’Afrique, recherches récentes et questions d’histoire
Gérard Chouin, Forêts sacrées, Urbanisation et Peste Noire : retour sur un itinéraire entre Histoire et Archéologie

Autres intervenants au séminaire :
Caroline Robion-Brunner, Sidérurgie ancienne : des hommes, du fer, du pouvoir ;
Bertrand Poissonnier, Indices de changements partiels de population entre le XIIIe et le XVe s. sur les hauts-plateaux éthiopiens : le point de vue de l’archéologue

 Publication associée à l’intervention de G. Chouin :
« The history of forested West Africa before the 15th century remains poorly understood. In spite of major archaeological discoveries in the 20th century, the region has never aroused the same level of interest from the scientific community as the Sahara and Sahel have done especially in terms of the study of processes of urbanization. Yet, from Cote d’Ivoire to Nigeria, complex systems of earthworks attest to the rise of medieval networks of established urban centers and territories. The study of the chronology, expansion, organization and abandonment of these earthworks, which probably fulfilled a variety of functions, has the potential to radically change our perception of regional long-term history. The article also suggests that earthworks were abandoned on a large scale in the 14th century, possibly as a result of the global plague pandemic (Black Death).

L’histoire de la zone forestière de l’Afrique de l’Ouest avant le XVe siècle demeure mal connue. Malgré des découvertes archéologiques majeures au XXe siècle, la région n’a pas suscité le même intérêt de la part de la communauté scientifique que les régions sahariennes et sahéliennes, notamment en termes de processus d’urbanisation. Pourtant, de la Côte d’Ivoire au Nigéria, des systèmes complexes de talus et de fossés attestent la montée en puissance  de réseaux de villes et de territoires retranchés à l’époque médiévale. L’étude de la chronologie, de l’expansion, de l’agencement et de l’abandon de ces enceintes, qui remplissaient probablement différentes fonctions, a le potentiel de changer radicalement notre perception de l’histoire de la région sur la longue durée. L’article suggère qu’un abandon massif des enceintes se produisit au XIVe siècle, peut-être en lien avec la pandémie mondiale de peste noire. »

Séminaire Imaf 28 février 14

vendredi 28 février de 11h à 13h

 salle 8
105 bd Raspail, Paris

Séminaire : Supports et circulations des savoirs et des arts en Afrique et au-delà

Pierre Guicheney a présenté son film : Osun Osogbo, la forêt et l’art sacrés des Yoruba.

RésuméOsogbo, Sud-Ouest du Nigeria : Susanne Wenger, artiste autrichienne et grande initiée de la religion Yoruba, a mené pendant plus de cinquante ans un combat exemplaire pour la défense de la forêt sacrée d’Osun Osogbo et de la culture de l’ethnie qui l’a adoptée. L’artiste combattante s’est éteinte le 12 janvier 2009. Elle avait 93 ans.

Susanne Wenger avait été épaulée dans sa lutte par les artistes Yoruba du « Nouvel Art Sacré », mouvement qu’elle a fondé au début des années 1960. Pour protéger la forêt et la rivière déesse Osun qui la traverse, elle a recréé avec ses compagnons temples et sculptures qui peuplaient le sanctuaire végétal. C’est ainsi qu’a vu le jour un style totalement nouveau, tout à la fois contemporain et profondément enraciné dans la vision Yoruba du monde et de la nature.
La forêt d’Osun Osogbo a été inscrite en 2005 au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’Unesco.

Ce film qui fait suite au long-métrage La dame d’Osogbo (2007), marque une étape importante du travail mené pendant plus de dix ans au Nigeria par Pierre Guicheney (image et réalisation) et Malika Lasfar (prise de son) en toute complicité avec Adedoyin Faniyi, prêtresse d’Osun et fille adoptive de Susanne Wenger. Y ont participé Susanne Wenger et les artistes du Nouvel Art Sacré, Lazare Eloundou, du Centre du Patrimoine Mondial de l’Unesco, Hélène Joubert, conservatrice au Musée du Quai Branly, Wole Soyinka, prix Nobel de littérature, Wolfgang Denk, directeur de la Susanne Wenger Stiftung (Autriche).


organisé par Claire Bosc-Tiessé et Éric Jolly, chargés de recherche au CNRS, Jean-Paul Colleyn, directeur d’études à l’EHESS, Anne Doquet, chargée de recherche à l’IRD, Elena Vezzadini, postdoctorante à l’Université de Bergen