Atelier sur le sacré à Timor-Leste et en Afrique

Le sacré à Timor-Leste : territoires, diversité biologique et régimes d’appropriation  – approches méthodologiques
Paris MNHN, 43 rue Buffon, bâtiment 135, salle du Crapaud accoucheur (salle Chevalier)

15 mai 2017 : 14 h 30 – 17 h 30

Dominique Juhé-Beaulaton (Eco-anthropologie): Introduction : Sites sacrés, bois secrets, lieux de mémoire : une terminologie toujours discutée

Roselie Vouma (doctorante Univ. Bordeaux) : L’histoire de l’environnement à l’épreuve des sources orales des Ambaama du bassin de la Lébayi (Gabon) : méthodes de collecte et enseignements des sites sacrés.
Quentin Nicolaï (doctorant ULB) : Des cours-jardins aux forêts sacrées: apports du dessin d’architecture dans la qualification des formes du paysage dans le Sud-Bénin.

Stephan Dugast (PALOC) –  les sites sacrés au nord Togo

Brunna Crespi (doctorante PALOC) : Trajectoires du sacré à Kamanasa (Timor-Leste)

Dominique Guillaud (PALOC): discutante

Contexte de l’atelier :

Le projet d’ATM prend appui sur une catégorisation primordiale en Asie du sud-est : le jeu d’oppositions et de complémentarités entre le sacré et le profane, et, dans ce registre, il porte sur les régimes d’appropriation, notamment sur le rôle des commons, comme dispositifs de médiation entre sociétés et environnements. Il a pour objectif d’interroger les formes d’émergence, adaptation, appropriation et gestion d’éléments du paysage et de la biodiversité (espaces terrestres et littoraux, faune, flore et flore cultivée, groupes d’espèces ou d’individus et savoirs associés) relevant du domaine du sacré. Comment s’articulent les modalités du privé et du collectif dans l’organisation et la gestion de ces patrimoines, quels en sont les gradients, et quelles résiliences ou vulnérabilités ces formes de gestion engendrent-elles ? Comment la notion de sacré est-elle mobilisée et intervient-elle dans cette construction ? L’atelier vise, à partir d’une série de présentations relevant de plusieurs contextes géographiques et culturels, à mettre en regard et à discuter des approches méthodologiques proposées.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *