Forêt ou bois sacré : une tentative de « définition »

Forêt sacrée, bois fétiche, forêt de vodou, sanctuaire boisé, site sacré naturel, forêt relique communautaire… autant d’expressions utilisées pour désigner des lieux saillants du paysage, autour d’une source, au sommet d’une colline, à proximité immédiate des villages… De moins d’un hectare à plusieurs dizaines, les superficies sont variables mais restent souvent modestes, c’est pourquoi l’expression « forêt sacrée » n’est pas la plus appropriée mais reste la plus usitée en français d’Afrique.

Ce sont des lieux de communication privilégiés avec les entités surnaturelles ou les ancêtres et héros divinisés. De l’arbre isolé à la formation forestière plus ou moins étendue, ces lieux de cultes font l’objet de prescriptions rituelles dont le non-respect risque de provoquer des calamités (épidémies, sécheresses/pluies trop abondantes) mettant en péril l’avenir des hommes. Ces règles ont été mises en place lors de la sacralisation des sites qui apparaissent donc comme des lieux de contrôle des désordres naturels ou humains. Ce sont des endroits reconnus comme frais, la fraicheur étant également synonyme de paix mais aussi de santé et en ce sens, ils représentent aussi des lieux de thérapie et de collecte de plantes médicinales. Entourant une source, ce sont des lieux de purification, avant et après les faits de guerre, mais aussi lors de l’intronisation des dignitaires politiques et religieux. Lieux fondateurs des établissements humains, ces bois sacrés abritent souvent les divinités protectrices des villages ou des royaumes. Ils peuvent aussi être des lieux d’initiation comme des lieux d’inhumation. Ils concourent à l’aménagement du territoire. Longtemps considérés comme des reliques d’une végétation forestière originelle aujourd’hui disparue du fait des activités humaines, ces « formations boisées-lieux de culte » sont en fait le résultat de plusieurs processus, reflet des relations passées à la fois des hommes à leur environnement et des hommes entre eux.


Une réflexion au sujet de « Forêt ou bois sacré : une tentative de « définition » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *